Comment diagnostiquer la coxarthrose ?

Les premiers signes sont, dans la majorité des cas, un inconfort, une rigidité de la hanche, une douleur dans l’aine, la fesse, la cuisse. Il s’agit d’une douleur de type mécanique, apparaissant à la marche ou dans les escaliers, provoquant une boiterie et une gêne dans les activités quotidiennes avec une dégradation importante de la qualité de vie. La douleur peut diminuer ou disparaître au repos.

L’examen clinique peut mettre en évidence une limitation des amplitudes articulaires de la hanche en cause, notamment par rapport au côté sain. Une inégalité de longueur des membres inférieurs est également souvent retrouvée.

Le premier examen nécessaire, et souvent suffisant à confirmer le diagnostic, est la radiographie standard du bassin. On observe un remaniement de l’articulation coxo-fémorale :

- un pincement de l’articulation (du fait de l’usure du cartilage)

- des ostéophytes (excroissances osseuses autour de l’articulation)

- des géodes sous-chondrales (lacunes de l’os sous-jacent du fait de l’hyperpression)

- un raccourcissement par rapport au côté opposé

On peut également mettre en évidence une perte de la forme sphérique de la tête fémorale dans le cadre d’une nécrose avasculaire ou encore une dysplasie du cotyle, éventuellement liée à une luxation congénitale de hanche.

Un scanner peut également être nécessaire avant une prothèse de hanche afin de planifier les coupes osseuses et les tailles d’implants.

Article précédent