Les traitements chirurgicaux.

La libération chirurgicale du Nerf Médian est l’une des interventions les plus pratiquées en France. Elle doit être envisagée après échec des traitements non chirurgicaux. Elle consiste à sectionner (« couper ») le Ligament Annulaire Antérieur du Carpe afin d’éliminer la compression du Nerf Médian. Elle est pratiquée, le plus souvent, sous anesthésie loco-régionale (injection d’analgésiques au niveau de l’épaule pour anesthésier uniquement le membre concerné) et parfois sous anesthésie générale. Elle se pratique la plupart du temps en ambulatoire, sans hospitalisation.

Si les 2 mains sont atteintes, l’intervention se fait en premier sur celle qui est la plus douloureuse, avec un délai de quelques semaines entre les deux (15 jours au minimum).

  • La libération « à ciel ouvert » : il s’agit de la technique traditionnelle qui consiste à faire une incision de 2 à 3 cm à la base de la main pour sectionner le ligament.

  • La libération « sous endoscopie » : une petite incision de 1 cm est réalisée dans le pli du poignet et le ligament est sectionné sous contrôle d’une caméra (de la taille d’un crayon). En fonction du matériel utilisé par le chirurgien, une 2e incision minime peut également être réalisée dans la paume. En cas de complication, une conversion « à ciel ouvert » peut être décidée pendant la procédure.

En plus de son caractère esthétique avec une cicatrice minime, cette technique permet une récupération plus rapide et diminue les douleurs post-opératoires. Les activités manuelles habituelles peuvent être reprises à partir de la 4e semaine.

L’intervention dure en moyennes 10 minutes. Ensuite, la mobilisation des doigts est autorisée immédiatement, une attelle n’est pas nécessairement portée.

Les picotements et les engourdissements sont soulagés rapidement après la chirurgie. La sensibilité de la pulpe des doigts récupère progressivement en quelques semaines, en fonction de la gravité de la compression du nerf.  La récupération complète peut prendre parfois quelques mois (3 à 6 mois en moyenne pour oublier totalement la maladie et l’opération).

Article précédent Article suivant