Comment est reconstruit le LCA ? Quelles sont les techniques utilisées ?

La réparation directe du ligament rompu est quasi-abandonnée du fait de résultats insuffisants. Le LCA doit donc être reconstruit en utilisant d’autres moyens de greffe pour le remplacer, en particulier d’autres ligaments et tendons du genou (ligamentoplasties).

De nombreuses techniques et plusieurs types de greffe (= transplants) ont été utilisés jusqu’à présent. Actuellement, 2 principaux transplants sont utilisés :

- Le transplant os-tendon-os : technique de Kenneth Jones (KJ) nécessitant la prise d’un tiers du ligament patellaire (qui relie la rotule au tibia) avec 2 « chevilles » d’os prélevées sur la rotule et le tibia.

- Le transplant aux tendons de « la patte d’oie » : le DIDT. La patte d’oie correspond à 3 tendons qui s’insèrent à la face interne du tibia (Sartorius, Droit Interne, Demi-Tendineux).  Les tendons du Droit Interne et du Demi-Tendineux (faisant partie du groupe des muscles Ischio-Jambiers) sont désinsérés du tibia, prélevés et pliés en deux pour reconstruire un nouveau LCA à quatre faisceaux. Le prélèvement des ces 2 tendons n’a pas d’incidence ensuite sur le fonctionnement du genou.


Une technique récente n’utilise qu’un seul tendon.

Après le prélèvement du transplant, quel qu’il soit, une caméra est introduite dans l’articulation (arthroscopie) pour contrôler la réalisation de tunnels osseux dans le tibia et le fémur  où sera introduit et fixé le nouveau ligament à une place identique que le LCA originel.

 



Article précédent Article suivant